argent

L'ARGENT EN VRAC

- 1300 euros par mois: ce que gagne un Français sur deux.

- 105 milliards d'euros: profits du CAC 40 2008

- 800 millions d'euros: ce que coûterait l'augmentation d'1% d'indice du revenu des fonctionnaires

- 14 milliards d'euros : coût annuel de l'armement nucléaire françai
s

dollar


L'argent de la Société


Valse des milliards à la Société Générale. Un trader a pu engager la banque pour des sommes entre 40 et 50 milliards d'euros. A l'arrivée, coût de la "fraude": 4,9 milliards! La société venait de perdre 2 milliards pour cause de "subprimes". Bel exemple du cancer de la financiarisation.

L'Etat rembourse 4,2 milliards d'impôts
aux grandes entreprises.


Une loi de 1965 permettait de taxer plus lourdement les filiales étrangères des grands groupes. Bruxelles a fait supprimer cette taxe, jugée discriminatoire. Les groupes concernés demandent à présent à être remboursé. La rétroactivité jouant jusqu'en 1999, des groupes comme Suez, Alcan, Valeo Accor, Rhodia, Schneider Electric vont toucher 4,2 milliards d'euros. Sur le budget de l'Etat. Qui a dit que les caisses étaient vides ? (Les Echos)

Profits: record absolu


C'est bientôt la saison des publications annuelles de résultats des grands groupes, de la valse des milliards d'euros distribués aux actionnaires. Le CAC 40, promotion 2008, devait afficher un profit cumulé de plus de 105 milliards d'euros. "Un record absolu" écrit Le Figaro, qui balise déjà. "On va jeter en pâture à l'opinion ces milliards dans un pays qui n'aime pas la réussite" écrit ce journal (22/1/8). Un pays resté au temps de Zola, dit encore le quotidien appelant à en finir avec "les freins à la croissance, les oripeaux du collectivisme et les reliques du gaullo-communisme d'après guerre encore bien trop pesants".

Les Français et l'argent


Au terme de deux ans d'enquêtes serrées et forte d'une centaine d'entretiens sur un "sujet peut-être encore plus tabou que la sexualité", Janine Mossuz-Lavau, chercheuse au Cevipof, nous parle, dans son dernier ouvrage, de "L'argent et nous" (La Martinière). Elle montre comment l'enfance et l'éducation déterminent notre rapport à l'argent, comment "le temps dit de l'innocence est aussi celui de la découverte de la lutte des classes" quand on se rend compte des inégalités. Comment vivent les jeunes d'aujourd'hui pour qui "avoir de l'argent est une obligation". Elle distingue trois catégories de revenus: les pauvres dont le revenu mensuel net serait égal ou inférieur à 1300 euros; les "moyens" qui perçoivent entre 1300 et 3000 euros; enfin les riches qui gagnent plus de 3000 euros. Près de la moitié de la France est pauvre, estime-t-elle. "Nous vivons dans l'un des pays les plus riches du monde où il y a beaucoup trop de pauvres!". Les réformes en cours poussent à "un système très inégalitaire".  Le rapport à l'argent diffère, selon qu'on est de droite ou de gauche. Pour l'auteur, "un des points inquiétants" de l'enquête est l'acceptation d'une "élite, des gens supérieurs aux autres, qui auraient besoin d'argent pour mener leur action et pourraient bénéficier de traitements de faveur". Apparaît " une vision hierarchique de la société où est acceptée l'idée qu'il y aurait des citoyens plus égaux que d'autres ». Elle parle de « rupture du pacte démocratique."

Le luxe prospère


L'industrie du luxe est en plein boom et dans ce cadre la haute couture progresse deux fois plus vite que l'ensemble du secteur. "Elle renaît grâce aux nouveaux riches" titre Le Figaro sur six colonnes (21/1). Lacroix +40%, Givenchy +30%, Chanel +25%. "Grâce à l'émergence de nouvelles fortunes". Idem pour la haute joaillerie "dont les pièces à plusieurs millions s'arrachent."

(Coût d'un défilé: deux à trois millions d'euros. Coût d'une robe sur mesure: entre 10 000 et 300 000 euros).