asiatiques_pedro

Il leur en faut de la constance
Après des siècles de violence
Des millénaires en souffrance
Pour garder toujours l’espérance
Cultiver toujours du sourire
Et faire fleurir des désirs
Ensemble entretenir l’espoir
Que nous saurons changer l’histoire
Et combattre leur oppression
Qui n’est que notre négation
Nous ne pouvons que régresser
En niant leur humanité
Croire exorciser nos faiblesses
En voulant leur passer la laisse
En leurs talents il vaut mieux croire
Qu’en des pouvoirs bien dérisoires
Qui ne sont que vains paravents
Pour masquer les frayeurs d’antan
Un exutoire déplorable
Quand l’on asservit ses semblables
Car écraser la différence
C’est nier notre propre essence
Dans le pluriel du genre humain
Réside notre bien commun
Le courage de l’accepter
Le désir de le conjuguer
Ne pourra que nous enrichir
Et féconder notre avenir
En ces temps où trop de misères
Font d’elles des boucs émissaires
Ne renonçons pas chaque jour
A leur témoigner de l’amour

Pedro Da Nobrega
Poète contemporain