Elle ne pense qu'à ça

Machetera
Auteure: MACHETERA

La maladie mentale non traitée n'est jamais un très beau spectacle à voir. C'est pourquoi il est très difficile de comprendre la cruauté dont fait preuve le Département d'État US envers Yoani Sánchez, la blogueuse cubaine qui s’autoproclame « censurée », car au lieu de lui suggérer gentiment de demander de l’aide psychologique, il se consacre à divulguer et à répéter ses délires pour la simple raison que ces derniers lui servent d’arme dans la guerre de la propagande qu’il entretient contre Cuba depuis cinquante ans.

Lundi dernier, (9 novembre), ce même Département d'État qui était resté imperturbable et silencieux face aux nombreuses agressions criminelles et aux assassinats perpétrés par ses courroies de transmissions putschistes au Honduras durant les derniers mois, avait décidé de publier un communiqué dans lequel « il déplorait grandement l'agression contre les blogueurs Yoani Sánchez, Orlando Luis Pardo et Claudia Cadelo ». En prenant le gouvernement cubain une fois de plus sur ses genoux paternalistes, le Département d’État l’a grondé sur la répression et la violence, la liberté et la réconciliation. Toutefois, l'inquiétude émouvante du Département d'État pose un réel problème.

Tout d'abord, il n’y a aucune confirmation indépendante des allégations faites par les trois blogueurs itinérants, selon lesquelles ils auraient été embarqués de force dans une voiture de marque chinoise et de couleur noire conduite par des membres de la sécurité de l'État, puis, frappés pour les empêcher de participer à une manifestation vraiment bizarre (Contre la violence ? À Cuba ? Allons voyons… !). Si l’on tient compte de l’enthousiasme de Yoani avec lequel elle s’accapare la largeur de bande limitée de Cuba pour publier sur le web des photos et des vidéos d’elle-même, l'absence de preuve photographique de l’agression dont elle dit avoir été victime est remarquable. La blogueuse exhibitionniste, qui n'a pas eu la moindre gêne à se déguiser en parodie clownesque de touriste allemande pour se donner en spectacle au beau milieu d’une conférence sérieuse entre journalistes et universitaires, est soudain devenue réticente, timide et renfermée, soignant en privé les blessures - qui, selon elle, lui avaient été infligées -, avec l’assistance du personnel de la clinique de son quartier (dont les soins, mais elle ne le mentionne pas, sont gratuits).

Lorsque les doutes sur la nature étrangement dramatique de l'histoire de Yoani ont commencé à apparaitre, celle-ci en a rajouté – toujours sans photo à l'appui de ses allégations – en accusant les sceptiques de culpabiliser la victime. Sa pathologie est vraiment bizarre. Il n’y a que les spécialistes cubains de la santé mentale qui pourront pronostiquer si Yoani Sánchez est une personnalité bipolaire paranoïaque ou paranoïde, mais les indices – des délires de grandeur prononcés et répétitifs avec en même temps d'extravagantes histoires de persécution, fabriqués clairement pour l’usage externe - montrent à première vue, que nous avons affaire à une jeune fille perturbée, dont la perception disjonctée de la réalité s’amplifie au lieu de diminuer.

reinaldo_balayer
Reinaldo Balayer, mari aimant ou maître dominateur ?

Son mari, Reinaldo Balayer, ex-journaliste raté, trainant derrière lui une longue histoire de torchons brûlés avec la communauté dissidente cubaine, est à mon avis le plus grand fautif. Selon Yoani, elle et Reinaldo sont retournés à Cuba après une vie très difficile en Suisse, où l'âge de son mari - qui n'est pas très jeune - et son incapacité à apprendre une langue étrangère ne lui ont offert que les perspectives d’emploi s’offrant aux immigrants dans la même situation : des boulots pénibles, subalternes et mal payés. Ce n'était pas le niveau de vie que tous les deux attendaient. Effectivement, aujourd’hui ils vivent beaucoup mieux, en se pavanant autour de l'hôtel Meliá Cohiba à la Havane avec des portables et des caméras cachées qui leur permettent de se filmer harcelant le personnel tandis que, leur collaborateur Ernesto Hernández Busto se charge de faire la manche pour récolter de l'argent et les financer depuis Barcelone. (Hernández Busto est un Cubain qui survit sans travail ni revenus déclarés dans la métropole catalane - une ville où tout est très cher -, il a créé son propre blog, Penúltimos Días, sur lequel il publie les articles de Yoani et collecte des « dons » pour la soutenir.)

Ernesto_Hernandez_Busto_2
Ernesto Hernández Busto :
« Ne t’inquiéte pas, je fais la manche pour toi »

Cela fait une éternité que Yoani rêve que la police l’arrête, mais, à son plus grand regret, à Cuba on ne peut pas l'arrêter et on ne l’arrêtera jamais pour ce dont elle voudrait l’être : le fait de se rendre ridicule. Toutefois, elle sait très bien qu’elle pourrait être arrêtée pour avoir reçu de l’argent de l’étranger pour s’en prendre à Cuba, et c’est ici que l'aide de Hernández Busto est inestimable, car elle constitue un sas entre Yoani et ses sponsors.

Je n’ai jamais considéré comme particulièrement productif de s’interroger sur l’affiliation de quelqu’un à la CIA, car la question de savoir si quelqu’un est ou non un agent n'est pas très importante. La question qu’il faut se poser, c’est si les activités de cette personne sont profitables ou non à l’Agence. Dans le cas de Yoani et Reinaldo, la réponse est un oui catégorique. La semaine passée, juste après la prestation de Yoani dans le débat d’Internet sur la culture cubaine sponsorisé par le magazine Temas du Centre Culturel Fresa y Chocolate à La Havane, tandis que Reinaldo organisait, dans la rue, une conférence de presse impromptue avec les journalistes étrangers, elle en profitait pour accorder une interview complètement ouf à rien moins que Radio Martí, financée, elle, par la CIA.

yoani_la_comique_3
Yoani sous sa perruque d’invisibilité

Après avoir affirmé au cours de l’interview qu'elle avait été contraint de porter une ridicule perruque blond platine pour tromper la police qui cernait son immeuble (il convient de noter qu’elle n’a pas eu cette idée pour pénétrer dans le Centre Culturel Fresa y Chocolate, ce qui aurait été plus logique), elle enchaine avec son chapelet de mensonges, parmi lesquels celui sur une journaliste cubaine, Rosa Miriam Elizalde, qui selon elle, l’avait accusée d'être un agent de la CIA, une chose totalement fausse car jamais Elizalde n’a dit une telle chose. La contribution au débat de cette dernière a été calme, éloquent, sans nommer quiconque : elle avait indiqué qu’en ce qui concerne Internet, Cuba était victime d'une situation schizophrène : tandis que l'île devait faire face à de réels obstacles technologiques imposés par le blocus US, à l’extérieur Cuba recevait une déferlante de critiques contre la censure, revendiquées par Yoani. « Une des choses que vous devriez vous demander », disait Elizalde, « est de quelle manière est construite cette image… Il y a une manipulation évidente de tout ce système… Il y a ici une importante manipulation politique au sujet de la censure de l’image et je pense qu'il faut remettre les choses dans leur contexte. »

Yoani est tellement intimidée par Rosa Miriam Elizalde qu’elle n’a même pas osé prononcer son nom ni dévoiler son véritable titre (elle est rédactrice du site web Cubadebate.cu), préférant la citer comme un professeur universitaire anonyme à la pointe du combat, autant au cours de l’interview qu’elle a accordé à Radio Martí que sur son propre blog. Jorge Sariol, un autre journaliste cubain qui était présent à la conférence, a écrit sur son blog :

« …Puis ce fut au tour des interventions de l’assistance ; les unes étaient naïves sous un déguisement dur, d’autres incisives sous un déguisement naïf, certaines sérieuses, d’autres qui n’étaient ni l’un ni l’autre, jusqu'à ce qu’une personne prenne la parole, et dise "qu’elle se moquait de la persécution policière", coiffée d’une perruque blond platine dont elle seule croyait qu’elle la rendait invisible ; elle arrache théâtralement sa perruque, ça ressemblait plus à une scène de soap opera qu’à autre chose.

Un projecteur de mille watts essayant d'attirer l'attention, n'aurait pas fait mieux, car ce qu'elle avait dit n’étaient que des bêtises cent fois répétées qui n’avaient rien à voir avec le débat et n’ont suscité qu’une légère agitation de quelques phoques de dessins animés. J’ai été déçu par cette Yoani, considérée par une certaine presse comme une des 100 personnes les plus je-ne-sais-quoi du monde.

Dans les débats je désapprouve le choix de dévaloriser celui qui argumente plutôt que s’attaquer à ses arguments, mais dans ce cas ce n’est même pas nécessaire. J'avais pensé que dans tout cela, il devait y avoir quelque chose d’un certain niveau, dans son discours, dans ses manières ou dans son attitude. La seule chose que j’ai vue n’est seulement qu’une bouffonnerie. Pire encore, une bouffonne grotesque. Quelques collègues étrangers ont avalé le poisson, et l’hameçon avec.

Ou alors ils sont allés à la gamelle en connaissance de cause ?

Je ne sais pas ce que c’était, mais il y a eu quelque chose qui n’est pas passé dans la comédie que j'ai vue. »

Rosa Báez, une autre journaliste cubaine qui était également présente, a décrit cette scène dans un article intitulé « Quand le mensonge se transforme en vice » :

« Pour alimenter l’idée que Cuba est un pays qui restreint l'accès à Internet, un certain nombre de petites gens élevés au rang de « figures », à coups de dollars et de manipulations médiatiques ont surgi tout d’un coup ; j'ai eu le malheur de participer pour la première fois en personne et en direct, à une des performances de Yoani Sánchez, « la blogueuse  star», baptisée par la soussignée « l’asticot  blogueur», pour sa ressemblance évidente avec cette bestiole et pour leurs caractéristiques communes, à savoir : les deux servent d’appât. Là, au Centre Fresa y Chocolate, nous avons pu entendre tout un tas de mensonges, sur la supposée censure de son blog Generación Y (qui est complètement dupliqué un peu partout, toujours sous son nom, et qui se présente comme une « voix cubaine », ce qui démontre le caractère fallacieux de cette censure supposée car  comment est-il possible de censurer un blog, et permettre qu’à côté son clone fonctionne dans toute sa « splendeur » ? C’est tout à fait illogique !), de même lorsque dans son discours elle nomme certains sites qui sont censés être bloqués ou censurés, entre autres celui de sa partenaire Claudia Codelo, « Octavo cerco »…alors que, comme le montre cette capture d’écran prise à partir de mon PC, on peut vérifier qu’il n’existe aucune preuve de sa censure :

8v0_cerco_4

J'ai également pu examiner certains des liens que Yoani donne sur son clone, comme par exemple, Bloggers Cuba ; Itinerario blogger (où je me suis amusée avec les cours de cyber-terrorisme qu’elle donne dans sa « maison assiégée » : comment les 13 ou 14 participants ont-il pu tromper la vigilance de « l’encerclement policier » de son appartement ? Auraient-ils grimpé, tels des ninjas modernes, les 14 étages par la façade extérieure de son bâtiment ?!) ;… »

Báez inclut dans son article cette observation de Rosa Miriam Elizalde :

« C’est épuisant. Lorsque nous écrivons dans la presse cubaine, nous le savons bien, et nous y sommes habitués, que pouvons-nous faire si un grand nombre de gens s'entêtent à tout gober ? Le mensonge en tant que norme, et l’absurde comme devise. […] Mais le plus fatigant n'est pas cet insupportable épanchement de médiocrités, chose qui dure depuis plus de quatre décennies avec presque tout ce qui a trait à Cuba, et qui tôt ou tard se dégonfle comme une montgolfière. Le plus angoissant, et ce qui chaque jour s’étend et s’amplifie, c’est ce qui pourrait s’appeler « le corporatisme du mensonge », cette façon frivole de coller à tout un pays l’étiquette d'un préjugé. Et ceci n'est pas seulement nuisible et malsain, mais également irrationnel et fanatique. »

Et donc nous en arrivons à la dernière production irrationnelle et fanatique de Yoani et Reinaldo, qui s’est déroulée quelques jours après le spectacle avec la perruque dans le Centre Culturel Fresa y Chocolate ; elle l’avait complété avec les affirmations de l’existence des mystérieux véhicules noirs de la sécurité de l'État, par des raclées de la police secrète, par la peur qu'ils la kidnappent (ce n'est pas une plaisanterie, c’est la raison que Yoani a donné pour refuser d'entrer dans une voiture non identifiée au moment où, selon elle, ils l’ont sommée de le faire : elle craignait qu'ils la kidnappent ou/et qu’ils puissent la violer, comme si elle se trouvait à Bogotá au lieu de La Havane. Ou à Tegucigalpa.).

La scène, décrite par Yoani/Reinaldo, est digne de celles de Hollywood :

« Orlando se trouvait déjà à l'intérieur, immobilisé par une prise de karaté qui le maintenait avec la tête plaquée au tapis. L’un d’eux avait mis son genou sur ma poitrine et l'autre, depuis son siège avant me cognait dans les reins et me frappait la tête pour que j'ouvre la bouche et que je crache le papier. À un moment, j'ai cru que je ne sortirais jamais de cette voiture. « Ton chemin s’arrête ici, Yoani », « et tes conneries sont terminées» me disait celui qui était assis à côté du chauffeur en me tirant par les cheveux. Un curieux spectacle se déroulait sur le siège arrière ; mes jambes étaient en l’air, mon visage tout rouge par la pression et le corps endolori, de l'autre côté il y avait Orlando maintenu par un voyou professionnel. Dans un geste de désespoir, j'ai seulement réussi à saisir mon agresseur par les testicules à travers son pantalon. J'ai enfoncé mes ongles, car j’imaginais qu'il allait continuer à écraser ma poitrine jusqu'au dernier souffle. « Tue-moi maintenant », lui ai-je crié, avec le peu d’air qui me restait. « Laisse-la respirer », dit celui qui était à l’avant du véhicule au plus jeune. »

Le scénario est émouvant, mais beaucoup l’ont critiqué… sauf le Département d'État et les bureaux d'Ileana Ros-Lehtinen et Lincoln Díaz Balart. Un commentateur a dit ironiquement : « Comment Yoani a-t-elle pu enfoncer ses ongles dans un tel endroit, alors qu’elle n’en a presque pas [des ongles] ?»

yoani_sanchez_et_ses_ongles_5
Les ongles très longs de Yoani

Soudain, l'histoire a été quelque peu modifiée. À la BBC, Yoani a raconté qu’elle ne pouvait pas montrer les marques de bleusyoani_et_ses_b_quilles_6 car les coups lui avaient été infligés sur les fesses et que naturellement elle ne pouvait pas les exposer ; elle avait insisté sur le fait que durant la fin de semaine, ses joues et ses arcades sourcilières étaient enflées (le lundi, Oh, miracle ! Les gonflements avaient disparus). Et enfin, elle a livré des photos et des vidéos absurdes, qui rappellent celles du grand comique Armando Valladares : Yoani avec des béquilles et Yoani en train de boiter avec de grandes douleurs. À vrai dire, Valladares était un amateur comparé à Yoani ; ses affabulations selon lesquelles il était devenu paralytique avaient été démasquées au moment de il avait été libéré de prison à la seule condition qu'il monte et descende par lui-même les passerelles de l'avion qui le conduirait à Miami. Valladares avait manigancé ses mensonges pour être libéré. Par contre, celles de Yoani semblent faites sur mesure pour la conduire en prison, même si le gouvernement cubain est plus que réticent à céder face à cette fantaisie singulière et malsaine.

Pendant ce temps, à Cuba les graves insuffisances d'Internet continuent ; ses journalistes, ses professionnels, ses scientifiques, ses éducateurs et ses techniciens se battent chaque jour avec une connexion si lente et tellement coûteuse qu'elle les fait revenir à l'âge de pierre alors que nous sommes à l’ère de la fibre optique et de l'ADSL généralisées dans le monde développé. Ce doit être frustrant et désespérant de devoir faire face en permanence à l'indifférence totale de la presse étrangère sur cette situation épouvantable, alors que dans le même temps celle-ci fait ses choux gras des shows pathologiques de Yoani et Reinaldo. Mais aussi longtemps que le spectacle médiatique continuera à remplir la fonction qui lui a été assignée – alimenter le business du couple tout en détournant l'attention de l’information authentique et, au passage, diaboliser Cuba -, les dégâts qu’elle occasionne sur le mental passeront au second plan.

Traduction : Esteban

Révision : Fausto Giudice

ENGLISH, ESPAÑOL

***************
Source : Yoani Sánchez: a few cards short of a full deck
Article original publié le 11 novembre 2009
Sur l’auteur
Machetera, Esteban G. et Fausto Giudice sont membres de
Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique.
Article sur Tlaxcala