Au cours de son intervention, ce mercredi devant l’assemblée des Nations Unies, Evo Morales a dénoncé les politiques impérialistes des USA.

evo_morales_250711Evo Morales

Le Président Morales a affirmé que " là où il y a un Ambassadeur des USA, il y a un coup d’État (…), le seul pays où il n’y a pas de coup d’État sont les USA ".

En ce sens, Morales a assuré que " je crains beaucoup le gouvernement nord-américain car je connais ses opérateurs politiques, il joue avec le narcotrafic pour nourrir ses intérêts géopolitiques."

"Je souhaite vivement améliorer les relations diplomatiques avec les USA, mais nous ne voulons pas que ces relations soient utilisées à des fins de conspiration, c’est pour cela que nous avons renvoyé leur Ambassadeur en 2008 et je ne regrette pas, car il fomentait une conspiration politique et mon devoir en tant que Président est celui de défendre la dignité de mon pays " a affirmé Morales.

À l’occasion de sa conférence de presse depuis New York, le Président de la Bolivie Evo Morales a dit que " la nouvelle qui nous arrive des USA, selon laquelle il y a deux mois l’avion présidentiel était consigné aux USA suite à la découverte de traces de cocaïne, est une nouvelle qui nous a surpris et nous a alarmé. Cette année je n’avais pas voyagé une seule fois aux USA, ce voyage, aujourd’hui, est le premier que je réalise pour m’entretenir sur le thème de l’eau ".

Le Président bolivien a signalé, que maintenant, les pays capitalistes qualifient de terroristes tous les gouvernements de gauche, et depuis [les attentats NdT] le 11 septembre 2001, ils le font avec encore plus d’insistance. " [avant] Ils m’accusaient bien d’être le Ben Laden andin en Bolivie. Dernièrement je n’étais plus le communiste ni le terroriste mais le narcotrafiquant ".

C’est pour cela, que je considère comme " fausses les accusations sur l’avion présidentiel soi-disant retenu à cause de découverte de traces de cocaïne à l'intérieur. Cela nous laisse penser qu’ils sont prêts à nous impliquer [dans le narcotrafic NdT] ».

En ce qui concerne l’expulsion de Bolivie de l’agence contre le trafic de drogue , le président bolivien a clarifié: " La DEA nord-américaine ne luttait pas contre le narcotrafic, mais le contrôlait plutôt à des fins politiques ".

D’autre part, au sujet de l’objectif des Nations Unies de réduire la pauvreté mondiale, le Président bolivien assurait que " Au sein des Fonds de Coopération, tant que le gouvernement nord-américain continuera à désigner qui doit recevoir l’argent (dans ce cas il s’agit d’entrepreneurs [entreprises]), l’objectif ne se matérialisera jamais ".

Traduction : Esteban

Source : "evo morales donde hay embajador eeuu hay golpe estado"
Article publié le 28 juillet 2011